close back
zoom
FR

Bague d’archer avec inscription

Deccan, Début du XIXe siècle
Taille: 3,8 mm

Cet anneau de pouce en fer est joliment décoré d’un motif floral en technique koftgari. Cette technique trouve son origine en Perse et a été introduite auprès des artisans indiens au XVIe siècle. Sa maîtrise est étroitement liée au processus connu sous le nom de damasquinage et, sous sa forme modifiée, existe aujourd’hui à Hyderabad à travers le bidri. La base en fer, en acier ou en bronze est préparée en gravant le dessin dans le métal. Ceci est généralement suivi d’une réduction des lignes gravées et d’un travail de hachures transversales pour des zones plus grandes, telles que les feuilles dans cet exemple. Cela sert à augmenter l’adhérence de l’or tendre à haute teneur en carats, qui est ensuite poli. Une fois l’opération terminée, l’objet est soigneusement poli, puis parfois bleuté ou assombri de manière à ce que les incrustations se détachent et affleurent la surface non précieuse.
L’inscription en arabe, dit : “Oh, le juge des besoins.”

Voir : Nigig, M.L. Bijoux indiens. Delhi, 1999. p. 95
Également Untracht, O. Bijoux traditionnels de l’Inde. London, 1997. pp. 267-9, figs. 628-33

EN

Inscribed Archer’s Ring

Deccan
Early 19th century CE.

Size: 3.8mm

The iron thumb ring is handsomely decorated with a floral design in koftgari technique. This skill originated in Persia and was introduced to Indian craftsmen in the 16th century. Its mastery is closely related to the process known as damascening, and, in modified form, survives today in Hyderabad as bidri work.

The iron, steel or bronze base is prepared by engraving the design into the base metal. Usually this is followed with some undercutting of the engraved lines and with crosshatching for larger areas, such as the leaves in the present example. This serves to increase the adhesion of the soft, high karat gold that is then burnished into the design. Upon completion, the object is carefully polished, then sometimes blued or otherwise darkened so that the inlays stand out against and are flush with the non-precious surface.

The inscription in Arabic, reads Oh, the Judge of Needs.
For the type, cf.:
Nigam, M.L. Indian Jewellery. Delhi, 1999. p. 95
Also
Untracht, O. Traditional Jewelry of India. London, 1997. pp. 267-9, figs. 628-33